Eric Legnini, pianiste de jazz belge — Paroles de Passionnés

Lors du Saint-Emilion Jazz Festival 2015, l’artiste belge s’est prêté au jeu de la Dégustation Musicale. Le principe ? S’inspirer de huit grands crus classés de Saint-Emilion pour les interpréter en musique. Verdict du public : un moment magique.

Retranscription de la vidéo

« Pour des passionnés de vins, c’est toujours incroyable d’être reçu dans la Jurade. Et puis, moi j’ai une petite histoire. Mon père est un fan de vin. C’est vrai qu’on est venu souvent à Saint-Emilion. On était en vacances, on est venu faire des dégustations dans les châteaux. Donc c’est vrai que j’étais ému. Comme la musique… il faut être éduqué. Il faut avoir la chance de rencontrer les personnes qui connaissent bien le vin, comme dans la musique. Parfois, c’est tellement vaste, on ne sait pas trop quoi écouter, ou trop quoi boire. C’est bien de connaître les bonnes personnes qui vous aident à écouter les bons disques ou qui vous aident à découvrir les bonnes bouteilles. Je pense que le monde du vin est très proche du monde de la musique, et du Jazz en particulier. L’assemblage pourrait être comparé à des esthétiques différentes dans la musique. J’ai l’impression que c’est la force de l’œnologue qui assemble et qui fait le caractère du vin. Il connaît bien les cépages. Il connaît bien le sol. Il anticipe. Parfois, c’est des paris. Parfois, ils vont imaginer des goûts. Et puis, je pense qu’ils ont le recul pour deviner ce que va devenir le vin dans 5, 10, 15, 20 ans pour les Grands Crus, puisque que ce sont des vins de garde. Je trouve qu’il y a des similitudes dans l’attitude, dans les choix parfois qu’ils pourraient faire, avec le Jazz ou la musique en générale. J’aurais tendance, pour les vins moelleux, plus arrondis, à avoir une approche plus feutrée. Et puis, des vins qui sont plus frais, moins chargés que d’autres, avec quelque chose de plus volubile… Pour moi, c’était assez important, j’ai senti que certains vins avaient, en toute humilité, cette impression de rigueur, de terroir, vraiment d’ici, du Saint-Emilion historique je dirais. C’est vrai que ces vins-là je les ai un peu assimilés à l’histoire du Jazz et de jouer des classiques. J’essaie de choisir dans mon répertoire, qui est une musique originale. Donc il y a un caractère plus folk, plus pop, parfois un petit goût de soul dans ces compositions. L’univers de chaque morceau me semblait… j’ai l’impression que ça pouvait fonctionner avec les vins qu’on dégustait. »

Vidéo à la une