Paroles de Lauréats, Coupe des Crus 2015 — Appellation Saint-Emilion Grand Cru

Quatre coupes ont été décernées lors du lancement de Vinexpo aux meilleurs crus de Saint-Emilion et de ses satellites le dimanche 14 juin 2015. Un challenge organisé par le Conseil des Vins de Saint-Emilion, Terre de Vins et Riedel. Découvrez les lauréats de l’appellation Saint-Emilion Grand Cru !

Retranscription de la vidéo

« C’est toujours un événement fantastique d’être honoré, parce que la compétition était quand même très relevée. Distinction que je trouve ceci dit très méritée parce qu’on a fait beaucoup, beaucoup d’efforts pour arriver à ce niveau de vin. J’ai une croyance, c’est que le vin doit accompagner le repas. Ce ne sont pas des bêtes de concours. C’est une expression d’un terroir et le Délice représente cela. Je suis particulièrement fier que ce vin ait été récompensé. La qualité à Saint-Emilion, ça fait des siècles qu’on la prône. On est sur des terroirs magnifiques, qu’on met un peu tous en valeur avec nos critères particuliers. C’est vrai que cette Coupe des Crus a le niveau des Saint-Emilion Grand Crus qui y sont présents, c’est-à-dire que ce sont des vins riches, soyeux, amples, généreux. Donc oui, forcément le niveau est élevé. C’est encore plus une gratification que d’être finaliste de la Coupe des Crus dans un cadre comme ça. Gagnez cette coupe c’est une satisfaction pour la reconnaissance par mes pairs. Puisque c’est un jury de professionnels : vignerons, œnologues ou professionnels du vin qui dégustent les vins. Mais c’est aussi l’envie d’aller encore plus loin. C’est vraiment une étape de franchie et j’espère qu’il y en aura plein d’autres. Alors 2010 – 2011 – 2012 : les années présentées à la Coupe des Crus; c’est vrai que c’était pour moi des années où je peux affiner d’années en années les process. 2010, c’est un vin qui est complet. Il y avait tout dans le 2010. C’est une belle acidité, une forme tannique remarquable, de l’alcool… tout est là dans le 2010. Sur le 2011, on a une structure tannique qui est moins importante. Mais on a une trame qui est assez serrée avec des tanins qui sont soyeux, qui est élégant. C’est très tendu. C’est très fin, beaucoup de finesse. Et en 2012, on atteint cette finesse et cette complexité aromatique où le vin devient un plaisir du verre et plus un plaisir de la bouteille. Ma philosophie du vin, pour moi… c’est déjà une philosophie du respect de l’environnement, du respect dès la plantation jusqu’au consommateur. Ça va partir de toutes les étapes à la plantation, la taille, les travaux de la vigne en vert, les vendanges et la vinification. C’est la constance et le travail dans la durée. C’est la recherche permanente de la progression et la perfection. C’est beaucoup de précision, je pense, pour arriver à faire des grands vins, pour arriver à vraiment magnifier les raisins, travailler dans l’excellence. C’est de la passion et de la précision. Pour moi le vin est un ensemble de choses. C’est le terroir. C’est l’histoire. C’est aussi l’amitié. C’est aussi le plaisir. C’est aussi la culture. C’est la joie de vivre. Il faut vraiment être patient, à l’écoute, observer et enfin se faire confiance. Je crois que ce qui va faire la différence entre tous les châteaux de la région, c’est la personne qui fait le vin ou le propriétaire qui lui, quand il goûte, dit «c’est ça que je veux». C’est très important d’avoir cette image vigneronne dans le vin, puisque c’est l’homme qui fait le vin quand même. Et comme chacun à un goût différent, on fait tous des vins différents. Je trouve que c’est ça qui est magique. »

Vidéo à la une