Paroles de Lauréats, Coupe des Crus 2015 — Appellation Lussac Saint-Emilion

Quatre coupes ont été décernées lors du lancement de Vinexpo aux meilleurs crus de Saint-Emilion et de ses satellites le dimanche 14 juin 2015. Un challenge organisé par le Conseil des Vins de Saint-Emilion, Terre de Vins et Riedel. Découvrez les lauréats de l’appellation Lussac Saint-Emilion !

Retranscription de la vidéo

« La Coupe des Crus, c’est vraiment le côté plaisir qui est mis en avant, c’est une dégustation qui est très simple. Il n’y a pas de prise de tête derrière, des commentaires ou des recherches de mots savants, pas toujours nécessaires pour accompagner une bonne dégustation. Ça fait très plaisir, et surtout ça permet de voir que nos vins montent encore en qualité, en distinction, en notoriété. C’est une satisfaction personnelle et une satisfaction pour la propriété, pour tout ce qui a été fait, des générations aussi d’avant. Il y a énormément de bons vins, à nous d’être le plus régulier possible sur la qualité, sur chaque millésime. La qualité c’est notre leitmotiv de toute façon, c’est certain. C’est une vraie, vraie reconnaissance, parce qu’aujourd’hui nous sommes nombreux sur cette appellation, mais c’est vrai que c’est vraiment un travail très qualitatif qu’on essaye d’obtenir et qu’on obtient, la preuve, depuis plusieurs années. Ces trois millésimes, donc 2010 – 2011 – 2012, sont trois millésimes très différents. C’est ça qui est intéressant dans la Coupe des Crus. 2010 qui est un excellent millésime, certainement un des meilleurs millésimes du 21e siècle. 2011, ça a été un petit peu plus compliqué, compte tenu de la météo notamment. Donc là, on est plus sur des fruits frais. On est davantage sur la concentration, sur la matière. Un tanin un petit peu ferme en fin de bouche, mais ça va s’affiner. Et le 3e, le 2012, je dirais presque que c’est mon petit préféré ! Celui-ci, il sort de nul part. C’est un des millésimes que je trouve des plus intéressants parce qu’il est tout en finesse, en délicatesse, avec ce qu’il faut de puissance pour que ça puisse bien évoluer également, mais qui donne déjà beaucoup de plaisir aujourd’hui. On vit la vigne au quotidien. On est dans le milieu de l’agriculture. On est soumis aux aléas climatiques. Il faut forcément être un passionné et avoir l’amour du terroir pour s’occuper d’une propriété viticole. C’est certain. Pour pouvoir réussir à produire régulièrement des bons vins, des jolis vins, c’est important d’avoir un vignoble sain sur un terroir sain. L’expression d’un terroir, elle se fait quand le terroir est vivant donc l’objectif c’est toujours de travailler de manière à le préserver. C’est vraiment le respect, non seulement des gens, mais aussi du travail. C’est vraiment ce respect, ce travail de longue haleine dans les vins, sur le terroir, sur les vignes, sur plein de choses. J’aime beaucoup partager. Et en fait, moi je vis le vin. C’est dans mes veines. »

Vidéo à la une